mercredi 11 mai 2016

Docteur Rat - William Kotzwinkle

Docteur Rat - William Kotzwinkle

Dr Rat, rongeur fou aussi sadique que mégalomane, a embrassé la cause des hommes : dans le laboratoire où il est enfermé avec des dizaines d'autres animaux, il prêche la soumission à une science qui leur réserve pourtant un sort peu enviable. Mais le délire sacrificiel du Dr Rat ne pourra empêcher la révolte de gronder parmi ses congénères : ressentant le mystérieux appel qui, né d'abord dans les usines à viande, les abattoirs, les zoos et autres sordides lieux de l'asservissement du vivant, gagne bientôt la terre entière et suscite de gigantesques rassemblements animaux, les captifs n'acceptent plus leur sort et transforment le laboratoire en un champs de bataille révolutionnaire...

Note : 3,5 / 5


C'est un nouvel avis de mon chéri que je vous partage aujourd'hui. Il faudrait vraiment que je lui fasse une petite place dans le "à propos" du blog, histoire que vous le connaissiez lui aussi un peu mieux. Dans tous les cas, il n'est pas exclus que je lise aussi ce livre et que mon avis s'ajoute au sien un de ces jours :

Docteur Rat se découpe en deux parties distinctes : l’intrigue principale se développe au sein d’un laboratoire universitaire et s’entrecoupe de saynètes qui lui sont extérieures. Ce livre fonctionne principalement sur un principe de communication entre les deux parties, qui s’opposent autant qu’elles se répondent. Si l’environnement du laboratoire universitaire est entièrement fermé, tous les événements se déroulant à l’extérieur, dans des lieux sauvages, influeront sur les actions au sein du laboratoire. C’est par exemple par l’appel des animaux sauvages que les rats de laboratoire vont commencer à se révolter et tenter de détruire le laboratoire. Docteur Rat se veut une dénonciation de la condition animale, notamment dans le cadre des expérimentations scientifiques. Pour ce faire, Kotzwinkle n’hésite pas à décrire de manière très précise les traitements que subissent les animaux de laboratoire. Tout au long du livre, nous serons spectateurs de nombreuses expérimentations incluant toutes d’importantes souffrances animales. Ces expérimentations choquent d’ailleurs autant par leur inhumanité que leur absurdité. On peine bien souvent à comprendre l’utilité qu’il peut y avoir à commettre les actes scientifiques décrit, l’apport qu’ils puissent apporter à la science ou à n’importe quelle connaissance étant apparemment nul.

Pourtant, Docteur Rat ne se limite pas à une simple dénonciation transparente et directe. Ce qui fait tout l’intérêt de ce titre c’est l’originalité avec laquelle tout ceci est incriminé. Car tout nous est décrit à partir du point de vue du Dr Rat qui est un des rats sur lesquels des expérimentations ont été menées. Toute la brutalité des processus scientifiques est donc vue de l’intérieur, par ceux qui les subissent le plus directement. Pourtant, le Dr Rat, lui, ne cherche pas à dénoncer tout ce qui se passe dans le laboratoire ; en tant que docteur il est lui aussi un scientifique et bien qu’il ne comprenne pas non plus toujours l’intérêt des expériences menées il ne cesse de les défendre, sous prétexte qu’elles seront sûrement utiles un jour. Le Dr Rat est un cobaye partageant les convictions de ses bourreaux. Il ne cesse de plaider en faveur des humains et utilise les mêmes arguments qu’eux pour justifier toute les violences effectuées sur les animaux. Le docteur est un personnage si paradoxal qu’il parvient à insuffler une dose d’humour assez inattendue. En fait, tous les actes décrit sont extrêmement violents pourtant il sont présentés par le docteur de la façon la plus neutre qui soit, scientifiquement. La dénonciation de l’expérimentation est donc quelque peu indirecte, elle n’est pas immédiatement condamnée, elle n’est qu’exposée. Ce sera par la suite les animaux rebelles qui condamneront plus directement leur condition. La partie se déroulant dans le laboratoire, où le Dr Rat, seul personnage en faveur des humains, s’oppose seul à la rébellion des autres rats est donc traitée de façon très originale.

La deuxième partie qui se constitue de diverses saynètes est quant à elle moins bien réussie. Aux scènes crues et pleines d’incidents du laboratoire se superposent des scènes plus calmes et mystiques. Les deux parties sont de ce fait très différentes bien qu’elles se complètent. Les saynètes apportent par exemple les points de vue des animaux sauvages et des humains qui ne sont jamais présents au sein du laboratoire où seul nous est donné celui du Dr Rat. L’ambiance sauvage et la multiplicité des espèces et narrateurs rencontrés durant ces scènes donnent une impression de grandeur et de liberté dont le laboratoire est entièrement dénué. Et à la description précise et scientifique des faits s’oppose enfin le point de vue des animaux sauvages, plus enclins à des croyances mystiques en accord avec une sorte de sensation primordiale de rapport à la terre et aux autres êtres. La façon dont les deux parties s’accordent en donnant chacune un point de vue complètement différent est très intéressante, seulement cela est amené de façon assez maladroite. Les deux parties se succèdent à un rythme beaucoup trop rapide. Chaque “chapitre” fait entre une et trois pages, autant dire qu’il n’est pas possible de développer quelque chose d’intéressant en aussi peu de temps. Les chapitres étant trop courts, ils ont tendance à se finir au moment même ou la mise en place est faite. De plus, si la taille de chaque chapitre est à peu près la même, le rythme d’écriture est très, voire trop différent. Il y a un tel écart de rythme entre les scènes dans le laboratoire, plus rapides, et celles avec les animaux sauvages, plus lentes, que ces dernières ont tendance à ralentir et alourdir inutilement le récit.

L’intérêt et l’originalité de Docteur Rat réside surtout dans son personnage et, bien que le final soit inattendu et bien mené, on se serait finalement contenté de la partie dans le laboratoire. Ce qui aurait évité un rythme si rapide multipliant les cassures dans le récit.

Logo Livraddict

Aucun commentaire:

Publier un commentaire