mercredi 26 juin 2019

Rosewood Chronicles, tome 1 : Princesse Incognito - Connie Glynn

Rosewood Chronicles, tome 1 : Princesse Incognito - Connie Glynn

Lottie Pumpkin, jeune fille d’origine modeste, rêve de devenir une princesse. Grâce à une bourse, elle va réaliser son vœu et intégrer la prestigieuse école de Rosewood. 
Ellie Wolf, princesse de Maradova, rêve, elle, de passer inaperçue. Elle aussi a hâte de rejoindre Rosewood… mais pour échapper à ses devoirs royaux. 
Quand le hasard place Lottie et Ellie dans le même dortoir, c’est l’occasion idéale pour réaliser leur souhait le plus cher… en échangeant leurs identités. 
Mais à Rosewood, si tout semble merveilleux en apparence, chaque jour est un piège et chaque recoin dissimule un ennemi…

Note : 3 / 5


Je connais Connie Glynn par sa chaine youtube Noodlerella dont j'adore regarder les vlogs Disney, alors quand j'ai vu qu'elle avait sortie un livre j'étais très curieuse de le découvrir. J'ai trouvé ce premier tome mignon, j'aurais adoré le lire plus jeune, mais il ne m'a pas marqué plus que cela.

Dès les premiers chapitres on est obligé de faire un parallèle avec beaucoup d'autres oeuvres. Harry Potter, Disney... l'auteure s'inspire de la pop culture et fait de nombreuses références tout au long du livre. Le lecteur est en endroit connu (l'école reprend beaucoup de codes et le rythme de Poudlard et on reconnait beaucoup Cendrillon en Lottie, l'héroïne de l'histoire) et pourtant Connie Glynn réussit à surprendre en introduisant le royaume de Maradova et les pratiques secrètes des aristocrates que va devoir côtoyer Lottie. J'ai trouvé que le mélange école-princesse-action marchait plutôt bien.

Mais plusieurs choses n'allaient pas dans ce livre. Le plus gros point noir selon moi est le fait que les personnages n'ont que 13 ans, car ils ne se comportent pas du tout comme des enfants de cet âge. Il y a des scènes très romantiques. Elles sont mignonnes, mais on sent que Lottie se cherche, j'ai trouvé qu'il y avait même parfois de la romance entre elle et sa camarade Ellie (ce que j'ai adoré !) mais je les trouve un peu jeunes pour ça.

J'ai également trouvé le style d'écriture un peu "forcé". On sent que Connie Glynn a bossé sur son texte, qu'elle a voulu bien faire, mais peut-être un peu trop...

Et puis il y a surtout de gros déséquilibres tout au long du récit. Je me suis beaucoup ennuyée au début, l'histoire et les relations entre les personnages ont du mal à se mettre en place car cela part dans tous les sens. Mais une fois que Lottie a été introduite chez les parents d'Ellie, tout s'accélère. 
Lottie est un personnage très approfondi mais elle fait complètement de l'ombre aux autres et je trouve cela bien dommage. C'est pourtant un petit exploit en soi car face à tous ces princes et princesses Lottie est quelqu'un de très banal. Mais j'aurais aimé par exemple réussir à mieux comprendre Ellie que je vois toujours encore comme une grosse capricieuse.

Pour un premier roman qui s'adresse à de jeunes lecteurs je l'ai trouvé plutôt surprenant et sympathique mais je n'ai pas été autant transportée que ce que j'attendais. J'aurais adoré le lire plus jeune mais ce n'est clairement plus le genre de livre qui m'intéresse aujourd'hui.

mercredi 12 juin 2019

❤ Les Dieux Sauvages, tome 1 : La Messagère du Ciel - Lionel Davoust


Les Dieux Sauvages, tome 1 : La Messagère du Ciel - Lionel Davoust

Mériane est une trappeuse, une paria, une femme. Autant de bonnes raisons d’en vouloir aux Dieux qui ont puni le peuple de la Rhovelle pour les fautes de ses aïeux. Car depuis la chute du glorieux Empire d’Asrethia, le monde est parcouru de zones instables qui provoquent des mutations terrifiantes, les gens ont faim, et une religion austère qui prêche la haine des femmes soutient un système féodal. 
Pourtant, quand les Dieux décident de vider leur querelle par l’intermédiaire des humains, un rôle crucial échoit à Mériane. Pour elle débute une quête qui la verra devenir chef de guerre et incarner l’espoir de tout un peuple.

Note :  coup de cœur

J'ai découvert le monde d'Evanegyre avec un autre livre de l'auteur, Port d’Âmes, et je me suis promis d'aller plus loin dans son univers. Cette première incursion dans la bibliographie de Lionel Davoust n'avait pas été très concluante, mais je sentais que son monde était très riche et que je n'étais peut-être tout simplement pas à la bonne époque. Les Dieux Sauvages se passe des siècles avant Port d’Âmes, le monde est au bord de la rupture, deux dieux s'entre-déchirent pour lui, mais c'est à Mériane, une forestière qui n'a rien demandé, de porter un d'eux vers la victoire. Cette série est très ambitieuse, exigeante, mais c'est une aventure qui m'a tout de suite emportée, et c'est un gros coup de cœur.

Le premier chapitre m'a littéralement traumatisé. L'auteur nous fait directement découvrir, sans détour, le mal qui ronge la Rhovelle : les anomalies. De nombreuses zones instables transforment, mutent horriblement tout ce qui est vivant et les changent en des monstres de chair et de métal. Terrifiant. C'est tout ce qui me fait peur. Ce premier chapitre m'a plongé dans l'horreur aux côtés de Meriane et je me suis tout de suite sentie impliquée, je savais que je n'arriverais plus à décrocher de ce livre.

Mais Mériane n'est pas le seul personnage que nous allons suivre dans ce premier tome, au contraire. Lionel Davoust fait très souvent durer le suspens autour des mésaventures de notre messagère et on passe fréquemment de nombreux chapitres sans nouvelles d'elle. Les autres personnages apportent de gros enjeux politiques, car si Mériane peut compter sur l'inspiration de Dieu, le Roi et son Conseil de régence n'ont que leurs propres expériences et leurs avis divergent. Le frère du Roi, Luhac, et son cousin Juhel ne sont vraiment pas du même avis au sujet de la défense du royaume. L'aspect politique est vraiment maîtrisé et j'ai eu énormément de mal à prendre partie. Je trouve que l'on comprend les choix des deux personnages et que l'on arrive vraiment à se mettre à leur place. L'auteur introduit de nombreux personnages dans ce premier tome, on sent qu'ils vont tous avoir leur importance et se retrouver à un moment ou un autre de l'histoire.

J'avais peur que l'auteur en fasse trop avec le côté très féministe que prend le récit. Mériane est une femme indépendante et forte dans un monde qui les méprise et les rabaisse. C'est aussi la première femme a avoir été choisie par Dieu afin de porter sa parole et sauver la Rhovelle. Je dois bien l'avouer, au début Mériane m'énervait un peu. Toujours sur la défensive et effrontée, elle avait le don de m'exaspérer. Mais le personnage évolue tellement ! Elle apprend à être moins égoïste, à comprendre les autres et à embrasser son rôle de messagère. Et c'est ça le féminisme, c'est faire preuve d'empathie et être égal aux autres, l'auteur l'a tellement bien compris. Et puis sa relation avec Leopol ! J'aime tellement ce personnage et sa complexité, et qu'est-ce que j'attendais ce moment où Mériane le rejoint sous la pluie et où ils finissent enfin par se comprendre !!

Mais tout cela n'aurait pas autant d'impact sans la plume de Lionel Davoust. Le narrateur est toujours interne, comme dans Port d’Âmes, mais cette fois ci le récit est riche de ses nombreux personnages et l'on ne s'ennuie absolument pas. Et alors les descriptions des anomalies, de toutes les abominations créées par Aska, j'arrivais malheureusement tellement bien à me les représenter, quelle horreur.

J'ai été tout simplement très impressionnée par ce premier tome ! J'ai rarement lu un récit aussi maîtrisé et aussi prenant. C'est de la fantasy tellement recherchée, tellement précise et exigeante que j'ai bien envie de la comparer à du Tolkien. Et j'ai beau avoir refermé ce premier tome il y a quelques jours, Evanegyre m'accompagne encore.