mercredi 17 janvier 2018

Feuillets de cuivre - Fabien Clavel

Feuillets de cuivre - Fabien Clavel

Paris, 1872. On retrouve dans une ruelle sombre le cadavre atrocement mutilé d'une prostituée, premier d'une longue série de meurtres aux résonances ésotériques. Enquêteur atypique, à l'âme mutilée par son passé et au corps d'obèse, l'inspecteur Ragon n'a pour seule arme contre ces crimes que sa sagacité et sa gargantuesque culture littéraire. À la croisée des feuilletons du XIXe et des séries télévisées modernes, Feuillets de cuivre nous entraîne dans des Mystères de Paris steampunk où le mal le dispute au pervers, avec parfois l'éclaircie d'un esprit bienveillant... vite terni. Si une bibliothèque est une âme de cuir et de papier, Feuillets de cuivre est sans aucun doute une œuvre d'encre et de sang.

Note : 3,5 / 5


Feuillets de cuivre est un livre dont j'ai beaucoup entendu parler à sa sortie sans pour autant vraiment savoir de quoi il parlait, et j'ai vraiment été étonnée de découvrir un polar ésotérique, je ne m'attendais pas du tout à ça !

Moi qui ne suis pas très polar, j'ai d'abord eu beaucoup de mal à rentrer dans l'histoire. Heureusement, le livre s'étend plus ou moins sur toute la carrière de Ragon, le personnage principal de notre histoire, et on arrive très vite aux conclusions des différentes enquêtes que l'on va suivre. Et force est de constater que, au fur et à mesure que les enquêtes s’enchaînent, un fil conducteur évident ressort : chaque cas a pu être résorbé grâce à des livres. Dès lors, Fabien Clavel a vraiment su m'intriguer et me donner envie de continuer. Et pourtant, je peux vous dire que la première enquête est vraiment morbide et avait de quoi me faire refermer le livre ! Mais j'ai pourtant continué, et j'en suis vraiment heureuse.

Surtout que la deuxième partie est absolument géniale ! On finit par comprendre le choix d'avoir exposé telle ou telle enquête dans la première partie alors que Ragon en avait visiblement élucidé beaucoup d'autres. Les pièces du puzzle s'assemblent petit à petit et tout fini par se rejoindre. Tout est en fait lié à un personnage que l'on rencontre dans cette deuxième partie, personnage qui n'est autre que celui qui va devenir le grand adversaire de Ragon, son ennemi juré, son Moriarty. Car il est au moins aussi fou et flippant.

Peut-être même plus car... il y a tout de même un peu de fantastique dans ce livre, et cet ennemi a les deux pieds au centre d'un pentagramme. Le paranormal est finalement vraiment au centre de ce livre. Des histoires de possession, de faille temporelle, de démons et d'anges...  Pas assez poussé selon moi qui suis une férue d'imaginaire, mais assez pour titiller ma curiosité.

Et je dois dire que ce livre est vraiment très, très bien fait ! J'ai adoré toutes les références littéraires, découvrir les liens entre les différentes enquêtes, et le rythme du livre. Les polars finissent très souvent par tourner en rond et m'ennuyer, retardant toujours plus la conclusion. Ce n'est pas le cas de ce livre, il nous surprend sans cesse et enchaîne les enquêtes.

Le seul point faible selon moi (qui semble pourtant avoir été pour beaucoup un point fort) est Ragon, son personnage principal. C'est un vrai anti-héros, mais c'est un aspect vraiment raté dans le livre. Il est obèse, accorde plus d'importance à ses livres qu'aux personnes travaillant avec lui, et malheureusement le narrateur ne peut s'empêcher de toujours nous le rappeler ! Presque chaque enquête commence par un Ragon épuisé par son corps opulent et son combat pour gravir les quelques marches qu'il y a toujours entre lui et le cadavre. Ce n'est pas intéressant et vraiment lassant à la fin !

Au final ce livre a vraiment su me surprendre et surtout m'intéresser, ce qui n'était vraiment pas gagné avec un polar ! Je pense néanmoins qu'il n'a pas sa place dans la section imaginaire mais devrait plutôt figurer dans les polars, car je pense ne pas avoir été la seule étonnée de découvrir son contenu.

Logo Livraddict

mercredi 3 janvier 2018

Libration - Becky Chambers

Libration - Becky Chambers

Lovelace, intelligence artificielle née à bord du Voyageur à la fin de L’Espace d’un an, accepte de se transférer à bord d’un corps synthétique. Devenir humaine, une chance ? Pas pour elle : les limitations de la chair l’étouffent. Champ de vision ridiculement restreint, pas d’accès au réseau, réactions physiologiques incontrôlables... 
À ses côtés, Poivre, mécano, l’aide de son mieux. Ancienne enfant esclave libérée par miracle, grandie seule sur une planète ravagée, elle aussi a dû lutter pour accéder pleinement à l’humanité et se construire une vie, sinon ordinaire, du moins normale. 
Libration – nom d’un point de l’espace en équilibre entre deux astres, zone de stabilité mouvante qui accompagne les planètes dans leur danse – raconte l’histoire de ces deux femmes. Chacune à sa façon s’arrache à une vie liminale pour se tailler une identité, conquérir l’indispensable : la dignité. 
On ne croise pas ici les autres personnages de L’Espace d’un an ; Chambers, au lieu de prolonger leur histoire, l’élargit. Sa tendresse et sa lucidité nous offrent des pages déchirantes – l’enfance tragique de Poivre, qui ignore tout de l’amour, et l’isolement de Lovelace, identique à nous mais incapable de vivre comme nous – et un chant d’amour plein de confiance et de courage.

Note : 4 / 5


Après avoir enfin pu jouer (et terminer) le dernier jeu vidéo Mass Effect, le moment me semblait parfait pour me lancer dans la suite de L'espace d'un an, le magnifique Space Opera de Becky Chambers que j'avais adoré. Libration a beau être très différent de ce dernier, j'ai tout de même retrouvé beaucoup de choses qui avaient fait battre mon cœur..

Ce deuxième livre s'intéresse aux mecanos Poivre et Bleu ainsi qu'à Lovelace, l'intelligence artificielle du Voyageur qui a malheureusement été reprogrammée à la fin du premier tome, effaçant complètement la personnalité que l'on connaissait. Poivre et Bleu, après la mésaventure à bord du Voyageur, et pour le bien de la nouvelle Lovelace, l'ont transféré dans un kit corporel et ont rejoint Port Koriol pour mener une vie plus tranquille.

Cette suite nous permet vraiment d'en apprendre plus sur Poivre. Dans L'espace d'un an, ce n'était pas mon personnage préféré, mais ce deuxième tome nous révèle des vérités insoupçonnées qui m'ont fait redécouvrir le personnage. Le livre alterne les chapitres du point de vue de Lovelace, dans le présent, et les chapitres sur l'enfance de Poivre. De ce fait, on ne s'ennuie vraiment jamais, d'autant plus que les parties sont vraiment très différentes.

Et le livre est vraiment très bien fait, l'auteure adaptant son écriture à chaque personnage pour vraiment les différencier. Lovelace ne dit jamais "mon corps" mais parle de "kit". La petite Poivre qui a toujours vécue recluse et ne connais pas grand chose au monde a du mal à trouver ses mots et le narrateur s'exprime très simplement lors des chapitres qui lui sont dédiés.

C'est un livre tout aussi fort que le premier que l'on découvre, un livre qui pose des questions, qui nous fait grandir, un livre humain et beau. Les relations sont une nouvelle fois très importantes et l'auteure creuse vraiment au plus profond de ce qui fait l'humain avec le personnage de Lovelace. Comme dans L'espace d'un an, il y a des passages très forts qui resteront longtemps dans ma mémoire. Becky Chambers m'a une nouvelle fois transportée et j'espère pouvoir très vite lire un nouveau livre d'elle.

Logo Livraddict

mercredi 6 décembre 2017

Skiddy, mon ami imaginaire - Katherine Applegate

Skiddy, mon ami imaginaire - Katherine Applegate

Quand Jackson, 10 ans, se retrouve obligé de vivre dans une voiture avec ses parents et sa petite soeur, son monde s'écroule. Parfois, la réalité est trop dure à affronter... C'est le moment que choisit Skiddy, son ami imaginaire, pour pointer le bout de son nez ! Skiddy est un grand chat noir et blanc, dans le genre pingouin. Il aime le surf et adore prendre des bains moussants. Il sent le savon et l'océan. Skiddy est revenu pour une seule raison : aider Jackson. Et il ne repartira pas tant qu'il n'aura pas accompli sa mission !

Note : 3 / 5


Skiddy, mon ami imaginaire est un tout petit livre dont le thème m'a tout de suite donné envie de le découvrir. C'est un livre dur mais tellement important ! Nous allons suivre Jackson, un petit garçon de 10 ans dont la famille a des problèmes d'argent. Dans le passé, sa sœur, ses parents et Jackson ont déjà du vivre dans leur voiture par manque d'argent. Ils n'ont presque pas de quoi manger. Skiddy est apparu suite à ces événements tragiques et est réapparu au début de l'histoire.

Skiddy, ce gros chat ronchon, n'est pas vraiment comme je me l'attendais. Il est là pour aider Jackson, et est une présence plutôt rassurante pour le jeune garçon (même s'il ne se l'avoue pas tout de suite) mais je l'ai trouvé vraiment dur avec lui. C'est une sorte de projection de sa conscience qui lui rappelle sans cesse que c'est mal de voler et qu'il ne faut pas mentir. En plus, je ne l'ai pas trouvé particulièrement rigolo, ni joyeux, ce qui m'a plutôt troublé.

Je ne m'attendais pas non plus à ce que Jackson rejette à ce point la réapparition de Skiddy. C'est un garçon très terre à terre, sérieux, qui cherche toujours des explications à tout. Et, forcément, voir Skiddy l'inquiète. Déjà parce qu'il sait que ça veut dire que les problèmes sont revenus dans sa famille, mais aussi parce qu'il pense être fou. Cet aspect là m'a dérouté mais je l'ai trouvé vraiment intéressant !

C'est une histoire humaine difficile, une histoire qui arrive pourtant plus souvent qu'on ne le pense. La petite famille va devoir se serrer les coudes, apprendre à se faire confiance et s'en sortir ensemble. Cette histoire rebutera les parents qui ne voudront surement pas faire lire ça à leurs enfants, mais la vie n'est pas toujours drôle et c'est important que les enfants lisent des histoires sur ces vérités que l'on ne veut pas entendre. Car c'est à ça que servent les livres : nous ouvrir à toutes les choses de la vie et nous permettre d'apprendre et de devenir altruiste.

Logo Livraddict

mercredi 22 novembre 2017

Grupp - Yves Grevet

Grupp -Yves Grevet

Mettez-vous à la place de Stan : grâce à l'implant LongLife, comme tous ses amis et ses proches, il ne craint ni la maladie ni les accidents et peut atteindre l’âge de cent ans en menant une petite vie tranquille. Est-ce que ça ne donne pas envie ? 
Maintenant, essayez de penser comme Scott, le grand frère de Stan : voulez-vous vraiment que vos battements de cœur soient contrôlés à tout instant ? Vous sentir traité comme un être irresponsable, fragile, et que l'on décide à votre place ce qui est bon pour vous ?
Si la liberté et la part du hasard valent plus à vos yeux que votre sécurité, faites-le savoir. Rejoignez le Grupp.

Note : 4 / 5


Alors que j'apprécie de moins en moins le genre dystopique, j'ai tout de même eu envie de laisser une chance au dernier livre d'Yves Grevet. Et je suis bien contente de l'avoir fait !

La société dépeinte par le livre est pourtant assez classique : pour garantir la sécurité de la population, celle-ci est constamment surveillée grâce à une puce Longlife. Ils ont toujours un œil sur les battements de votre cœur pour détecter les accès de violence, la peur, et agir en conséquence en envoyant la police ou une ambulance. Bien entendu, cette surveillance constante, ce manque de liberté, ne plait pas à tout le monde, et surtout pas aux membres du Grupp, une organisation secrète qui essaye de faire ouvrir les yeux de la population.

Mais ce qui est génial avec ce livre et qui m'a vraiment surpris c'est que le récit ne tourne pas uniquement (voir pas du tout) autour des questions que soulève ce genre de société. Questions qui sont toujours les mêmes et finissent par lasser. Yves Grevet utilise cette société et ses problèmes pour nous offrir un thriller efficace et vraiment prenant. Car le méchant ici ce n'est pas le gouvernement, mais une organisation mafieuse qui va tenter de hacker le système Longlife pour faire du chantage et détourner de l'argent en menaçant le gouvernement et ses citoyens. Et c'est justement le Grupp, et un de ses membres en particulier, qui va aider le gouvernement pour arrêter la personne à la tête de ce cartel.

Mais ce livre est surtout et avant tout une histoire familiale. Le livre se découpe en trois parties : la première nous permet de suivre Stan, un jeune garçon de 13 ans dont le frère est accusé d'être à la tête du Grupp. Alors que son monde s'effondre et que le cas de son frère semble empirer, il va essayer d'enquêter de son côté et découvrir la vérité sur son frère à l'aide de ses amis Lottie et Sol. La deuxième partie nous donne enfin quelques réponses en nous faisant suivre Scott, le frère de Stan. Et enfin, la dernière partie nous permet d'alterner les points de vues de différents membres du Grupp.

Yves Grevet a vraiment un don pour retranscrire les émotions. J'ai vraiment adoré sa façon d'écrire, de nous plonger dans la tête des personnages, leurs angoisses, leurs doutes... J'ai particulièrement aimé la partie avec Stan qui est si jeune et tellement en détresse devant les problèmes que doit faire face sa famille, même s'il ne le montre pas et essaye d'être fort. Heureusement qu'il y a Sol, son meilleur ami, mon personnage préféré (il est tellement... différent). Et alors la deuxième partie ! Je n'ai que difficilement réussi à lâcher le livre tant elle est angoissante et prenante. Est-ce que Scott va s'en sortir, vont-ils réussir à coincer cette organisation mafieuse ?

Vous l'aurez compris, j'ai vraiment beaucoup aimé. Malgré quelques scènes parfois exagérées et peu probables, j'aimerais que les dystopies soient plus comme ce livre et surtout, évoluent ! Car Yves Grevet a vraiment su enfin renouveler ce genre qui commençait sérieusement à me lasser, et rien que pour ça, je dis chapeau ! Merci à lecteurs.com et aux éditions Syros !

Logo Livraddict

mercredi 15 novembre 2017

Miro Hetzel - Jack Vance



Miro Hetzel - Jack Vance

Miro Hetzel est un effectueur galactique, à savoir un enquêteur privé roublard doté d’un sens tout personnel de la légalité. Il est aussi le plus parfait des gentlemen, l’élégance personnifiée, l’idéale incarnation d’un tempérament aussi éclatant que maîtrisé. À vrai dire, de tous les effectueurs que compte l’Étendue Gaéane, Miro Hetzel est assurément le meilleur. D’où ses tarifs exorbitants — une notion toute relative, ne manquerait-il sans doute pas de remarquer. Et le caractère pour le moins retors des missions qui lui sont confiées. Missions qui le conduisent bientôt sur Maz, planète où humains, liss et olefract se partagent le pouvoir pendant que le peuple gomaz, natif des lieux, s’entretue à coups de guerres rituelles séculaires. Puis sur Thesse, en quête d’une ancienne connaissance à l’envergure inattendue…

Note : 3,5 / 5


Je n'avais encore jamais lu de livre de Jack Vance, une figure pourtant très connue de la science-fiction notamment grâce à son Cycle de Tschaï ; c'est maintenant chose faite avec ce livre rassemblant deux courts romans sur le personnage de Miro Hetzel, un effectueur, sorte de détective privé qui m'a d'ailleurs fortement fait penser au très célèbre Sherlock Holmes.

Le premier roman, L'agence de voyage de Terrier, m'a particulièrement plu. Notre effectueur est chargé d'enquêter sur Istagam, une firme dont les prix sont étonnement bas et dérangent forcément la concurrence. Mais derrière cette mission d'espionnage industriel se cachent des enjeux politiques importants. Sur Maz, la planète où va le mener son enquête, vivent les Gomaz, un peuple très primitif qui a cependant déjà failli exterminer la galaxie. Ils sont maintenant rigoureusement surveillés et il est formellement interdit de leur vendre des armes. Et, bien entendu, ce n'est pas pour rien qu'Istagam a décidé de s'installer sur cette planète... J'ai adoré ce premier roman justement à cause de ce peuple que l'on découvre, la suite des événements menant Miro Hetzel au cœur des habitudes et de la culture meurtrières des Gomaz. Et puis, dans L'agence de voyager de Terrier, tout finit par se rejoindre. Chaque personnage a son importance, chaque détail évoqué par le narrateur ne l'est pas par hasard et j'ai trouvé ça franchement jouissif !

Le deuxième récit, Le tour de Freitzke, m'a semblé du coup beaucoup moins intéressant. Certes, on en découvre un peu plus sur le personnage de Miro Hetzel, mais pour moi qui ne suis pas très polar, il n'y avait pas assez d'éléments de science-fiction pour rendre l'enquête intéressante. Mais la fin reste une nouvelle fois étonnante et l'histoire est vraiment complexe pour un récit aussi court.

A travers ces deux histoires j'ai enfin pu découvrir la plume de Jack Vance, plume que j'ai tout simplement adoré ! Ce narrateur interne qui, comme évoqué plus haut, nous donne de nombreux détails, éléments bien entendu observés par Miro Hetzel, et nous montrent de ce fait toute l'étendue de l'intelligence du personnage. Et c'est en cela que Hetzel m'a beaucoup fait penser à Sherlock Holmes : l'importance des détails, et l'exposé final du dénouement de l'affaire. Comme dans un Sherlock Holmes, tous les éléments sont donnés au lecteur, mais celui ci, sans l'explication du personnage principal, n'arrive que difficilement a faire le lien entre eux.

Très bonne découverte de cet auteur avec ce petit recueil lu d'une traite. Des romans qui me feraient presque aimer le polar et qui m'ont ouvert à un monde fascinant, à l'imagination de Jack Vance que j'ai très envie de découvrir plus en profondeur. Enfin, merci à Babelio et aux éditions Le Bélial' pour l'envoi de ce livre.

mercredi 1 novembre 2017

La Sélection, tome 1 - Kiera Cass

La Selection, tome 1 - Kiera Cass

35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie.& ninbsp;
Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne... 
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d'Illeá, la « Sélection » s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le cœur du jeune Prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d'office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu'elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles... 
Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés : l'existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu'elle n'aurait jamais osé imaginer ?

Note : 2 / 5


On ne présente plus ce livre que je suis une nouvelle fois la dernière à découvrir. Je n'osais pas me lancer car j'étais certaine de ne pas apprécier, et j'aurais en effet du m'abstenir.

Le début avait pourtant presque réussi à me convaincre du contraire. On découvre une société dystopique divisée en huit castes, ce qui est somme toute plutôt classique, mais découvrir le quotidien d'America (une Cinq) m'a passionné. Il y a beaucoup d'émotion dans cette première partie et une certaine tension. Beaucoup de choses vont dépendre du choix d'America et j'ai vraiment trouvé ce début prenant et bien construit.

Mais dès que la Sélection commence, qu'America entre dans la compétition, qu'est-ce que le récit devient fade ! Les chapitres s'enchaînent de façon prévisible, l'histoire devient niaise et clichée. Et quand ça n'est pas le cas, les situations sont tellement absurdes et exagérées qu'elles me faisaient soupirer.

L'auteur ne s'intéresse pas assez aux autres personnages qui sont quelconques et sans profondeur à côté d'America. D'ailleurs, on en parle de son prénom ? Et elle n'est pas la seule à avoir un prénom ridicule. Il y a tellement de choses qui sont des flops complets que je n'ai pas le courage d'en faire une liste.

En bref, tout est sans saveur et beaucoup trop facile dans ce livre. C'est un premier tome que l'on lit passivement et que je vais très vite oublier. Je ne compte pas lire la suite.

Logo Livraddict

mercredi 25 octobre 2017

A la croisée des mondes, tome 2 : La tour des anges - Philip Pullman

A la croisée des mondes, tome 2 : La tour des anges - Philip Pullman

Ayant franchi le pont entre les mondes édifié par Lord Asriel, son père, l'intrépide Lyra se retrouve dans la cité de Cittàgazze, la ville au-delà de l'aurore, où des spectres mangeurs d'âmes rôdent dans les rues, où les lointains battements d'ailes des anges résonnent au-dessus d'une mystérieuse tour. Mais Lyra n'est pas sans allié. Car le jeune Will Parry, à la recherche de son père disparu depuis de longues années, a également pénétré dans cet étrange royaume par une porte magique. Ensemble, Lyra et Will vont entamer un périlleux voyage à travers les dimensions, et découvrir un secret mortel: un objet d'une puissance extraordinaire et dévastatrice. Mais à chaque étape de leur périple, ils se rapprocheront d'un danger plus funeste encore - et de l'incroyable vérité sur leur propre destinée...

Note : 3 / 5


Un deuxième tome qui m'a moins emballé que le premier et qui soulève toujours plus de questions.

Un nouveau héros, Will, rejoint Lyra alors que celle-ci découvre les nouveaux mondes accessibles par le passage ouvert par Lord Asriel. Ils sont tous les deux à la recherche de leur père et vont être aidés par les sorcières et un étrange couteau très puissant. Fort des magnifiques descriptions qui rythment le récit, ce deuxième tome arrive une nouvelle fois à nous plonger dans les univers très différents que découvre Lyra. Cette fois il n'est plus question de neige et de froid, mais de terres arides et abandonnées.

Les thèmes abordés dans ce deuxième tome sont toujours aussi passionnants, même si les questionnements se concentrent un peu trop sur la religion selon moi et deviennent particulièrement abstraits. Les daemons sont moins présents ; ou plutôt se manifestent d'une façon différente, car les habitants des nouveaux mondes n'en possèdent pas de visible comme Pan. On pourrait cependant penser le contraire en voyant le comportement du chat de Will, un passage qui m'a particulièrement fait réfléchir et m'a rappelé ce que j'avais aimé dans le premier tome.

En parlant de Will, il est la raison pour laquelle j'ai beaucoup moins apprécié ce deuxième tome. C'est un garçon autoritaire qui efface complètement Lyra ! Notre fougueuse Lyra ne l'est plus du tout et se laisse complètement faire par Will. J'ai trouvé ce côté patriarcal choquant et limite sexiste. A voir si la suite nous prodigue une raison à ce revirement révoltant.

En général, j'ai trouvé ce deuxième tome moins marquant que le premier. Certains passages tirent en longueur et sont sans intérêt. L'auteur nous perd un peu dans ses explications. Et pourtant, on en veut les réponses ! Il va falloir très vite lire la suite !

Logo Livraddict