mercredi 5 juin 2024

La chronique des Bridgerton, tome 1 : Daphné et le duc - Julian Quinn

La chronique des Bridgerton, tome 1 : Daphné et le duc (The Duke and I) - Julia Quinn

À la naissance de son fils, le duc de Hastings jubilait. Hélas, l'enfant bégaie ! Affront insupportable pour le duc, qui l'a renié sans pitié. Le jeune Simon a grandi, solitaire et assoiffé de revanche. Après de brillantes études, il a bourlingué de par le monde jusqu'à la mort de son père, et c'est désormais porteur d'un titre prestigieux qu'il rentre en Angleterre. Il est aussitôt assailli par une horde de mères prêtes à tout pour marier leurs filles. Mais Simon ne s'intéresse pas aux débutantes. Sauf peut-être à Daphné Bridgerton, qu'il a rencontrée dans des circonstances cocasses. Comme Simon, elle voudrait juste qu'on la laisse en paix. Une idée machiavélique naît alors dans l'esprit du jeune duc...

Note : 3,5 / 5


J'avais besoin d'une lecture plus légère et je dois dire que ce premier tome de La chronique des Bridgerton était pile ce dont j'avais besoin. Ce n'est pas le livre du siècle mais c'est divertissant et sans prise de tête.

J'avais bien entendu vu la série avant de me plonger dans le livre et je dois dire qu'elle est assez fidèle. Dans ce premier tome, on se concentre principalement sur Daphné et Simon, les autres personnages sont beaucoup moins développés que dans la série mais je pense que ça va venir dans les autres livres. L'histoire en tout cas est plutôt fidèle.

Le style est vraiment très simpliste mais j'ai aimé pouvoir suivre le point de vue de Daphné et Simon selon les situations. On arrive de ce fait à vraiment bien comprendre les personnages et leurs choix et on s'attache beaucoup à eux. Par contre j'ai trouvé qu'il y avait parfois des tournures de phrases un peu étranges. L'auteure essaye de prendre le parler de l'époque mais n'y arrive pas complètement.

Un peu déçue par les chroniques de Lady Whistledown qui sont vraiment fades comparées à la série. Au final ce sont les différents dialogues entre les personnages qui apportent ce côté pétillant et humoristique que j'avais tant aimé dans la série. La fratrie des Bridgerton est vraiment adorable, j'ai hâte de lire les autres livres pour en découvrir plus sur les autres membres de la famille.

Le livre se lit vraiment très vite, il se passe beaucoup de choses, on est vraiment pris dans les différentes intrigues et ça n'arrête pas. J'ai vraiment bien aimé. C'était ce q'il me fallait après une grosse lecture.


La chronique des Bridgerton, tome 1 : Daphné et le duc
14,90€ / 730 pages / 9782290254738

mercredi 29 mai 2024

Dream of the Bat - Josh Simmons

Dream of the BatJosh Simmons

Dans cette démolition du mythe super-héroïque, Josh Simmons et Patrick Keck dressent le portrait d'un héros aliéné par ses propres convictions et prêt à utiliser des moyens extrêmes et déviants pour changer une société qu'il considère comme pervertie. S'il était un exemple, voire une source d'espoir pour les faibles, il n'est plus que l'ombre de ce qu'il représentait autrefois et a abandonné toute raison et noblesse pour sombrer dans une folie dévorante et la dépression. Personnage pervers ayant abandonné toute morale, le héros est-il encore du côté du bien ?

Note : 4 / 5

La critique de mon chéri :

Résumer Dream of the bat n’est pas chose aisée, surtout quand la quatrième de couverture se pâme uniquement d’un pénis. Si cette touche raffinée donne un ton de fanzine plutôt que de comics classique, la classification n’en est pas pour autant évidente. Les graphismes, le format, les passages scato font pencher en faveur du fanzine mais la qualité éditoriale, les thèmes abordés et le développement des quatre récits qui forment cette BD disent l’inverse. 

C’est toujours un plaisir de découvrir des nouvelles facettes des super-héros à travers le prisme des différents auteurs ajoutant leur pierre à l’édifice du personnage. Dans le cas présent, nous nous intéressons à un sujet de choix : la fin de Batman. Ça ne fera pas autant de vente que la mort de Superman mais l’intention est là ! L’un ne va pas sans l’autre, la fin de Batman signifie également celle de Gotham, sur laquelle s’ouvre le premier chapitre. On y trouve un Batman esseulé, seul survivant dans un froid décor post-apocalyptique, qui a finalement échoué dans sa lutte sisyphéenne contre le crime. Seul demeure encore le Joker pour un dernier pied de nez après avoir ressassé le souvenir de leur longue relation. Josh Simmons ancre ses personnages dans la plus noire des dépressions, jusqu’à la folie pour le bat et c’est, avouons-le, une prise de position que seul ce héros permet et dans laquelle nous nous noyons avec plaisir. 
Toute cette exploration a une ambiance proche des Frank Miller (Year One, The Dark Knight Returns) comme pour boucler l’histoire. Le Batman confus et empli de doute des premières années n’aurait en fait jamais disparu. Le scénario ne fait pas l’erreur de tomber dans le pur potache et le ton, bien que plus trash parce qu’il peut se le permettre, reste étonnamment proche de ce qui peut se faire dans les comics DC officiels. La liberté du fanzine permet un vrai jusqu’au boutisme pour pousser les réflexions classiques propre à Batman. Des origines de sa conviction, à l’absurdité et la possible vacuité de sa mission dont il n’arrive ici jamais à se séparer au point de la répéter éternellement. Tout cela dans une progression vers l’abyme bien orchestrée tout du long des quatre chapitres qui sans être simplement chronologiques, dévoilent chacun un aspect particulier du Bat et sont inéluctablement attirés vers un final métaphysique. 

Cette parenthèse à première vue parodique offre finalement un point de vue tout à fait nouveau, original et respectueux de l’œuvre originale, qui démontre à la fois un travail de fond et personnel des deux auteurs (s’étant plongés dedans durant des dizaines d’années) et la solidité du mythe de Batman (lui aussi bien mûri depuis le temps). Malgré les apparences, Dream of the Bat ne devrait pas décontenancer les assidus et offre une ouverture intéressante sous la forme d’un one-shot bien construit. 

Dream of the Bat
25,00€ / 144 pages / 9782492646300